LES OUTILS DU CALLIGRAPHE

 

 

 

Calame 

 

 

 

C’est l’outil essentiel de tout calligraphe, c’est un roseau que l’on taille en biseau selon le style d’écriture qu’on veut réaliser, on fend le bec au milieu pour la régularité d’écoulement de l’encre, la qualité du roseau, ainsi que les dimensions sont choisies par le calligraphe, Le degré d’inclinaison du calame varie selon la forme écrite, Thuluth, Naskh, Diwâni, Farsi..Etc.
Pour la taille du calame, on utilise un couteau à la lame fine et très affutée, on se sert aussi d’une petite tablette en ivoire ou en os (Maqtâ), pour couper le bec.

 

 

Couteau de calligraphe

 

 

 

 

 

 

L’encre

 


Les calligraphes préparaient eux même leurs encres, elle était le plus souvent noire, composée principalement de noir de fumée et de gomme arabique dissoute dans l’eau.
Une autre recette était largement utilisée, il s’agit d’une encre métallo-gallique a base de noix de galle et de sulfate de fer.
D’autres recettes à base de pigments naturels, de poils de chèvres ou de moutons, de brou de noix, étaient utilisées également par les calligraphes.
Les calligraphes mettaient au fond de leur encrier une « Liqua » c’est une étoffe en soie naturelle dont le rôle essentiel est de ne prendre que la quantité nécessaire d’encre, et de protéger le bec du calame d’éventuels chocs lorsqu’on le trempe dans l’encrier.

 

 

 

 

 

 

Quelques recettes d’encre
Encre métallo-gallique :
Les trois constituants principaux sont :
 la noix de galle (acide gallo tannique).
 le sulfate de fer (ou sulfate ferreux).
 la gomme arabique. Elle sert de liant, et donne à l’encre souplesse et élasticité. On la fait gonfler dans de l'eau tiède pendant un jour ou deux. On peut y ajouter de l’acide salicylique pour éviter les moisissures.
On dissout le sulfate de fer dans de l’eau tiède et on y ajoute de la gomme arabique. On fait bouillir la poudre de tanin (noix de galle) séparément et on y ajoute la gomme arabique. On laisse refroidir et on mélange les deux solutions. Cette encre est plutôt violette pendant l’écriture, mais finit par noircir avec le temps.
.
Recette classique :
 Eau : 200 cℓ
 Tanin : 10 g
 Sulfate de fer : 6 g
 Gomme : 10 g
Encre d’Orient :
Le noir de fumée lui donne un aspect velouté.
 Eau : 1 ℓ
 Tanin : 23 g
 Acide gallique : 7 g
 Sulfate de fer : 30 g
 Gomme arabique : 10 g
 Noir de fumée : 25 g
 Acide chlorhydrique : 2 g

 

Encre à base de laine de mouton « Smaq ou Samaq»
Smaq : Cette encre est utilisée surtout dans les pays du Maghreb, c’est une encre faite de laine de mouton ou de chèvre calcinée.
Les poils calcinés sont réduits en poudre à laquelle on rajoute de l’eau, et quelquefois des plantes vertes, ou des pigments naturels lorsqu’on doit réaliser une enluminure

 

Tablettes coraniques écrites au Smaq